L'ACEE du Québec

Publié le 9 juin 2017 | par Carolyne Blais

0

C2 Montréal : À cheval entre le rêve et la réalité

Il y a quelques semaines, j’ai participé à un concours qui avait été lancé par la Factry en collaboration avec Yulism et l’ACEE.  Ce concours servait à sélectionner des jeunes pour qu’ils aillent représenter la génération de demain à la fameuse conférence C2 Montréal. Plus concrètement, il s’agissait d’une chance unique de faire partie de l’escouade Meet the future qui allait être composée d’une trentaine de jeunes « trippants ». C’est quelques jours plus tard que j’ai appris que j’allais prendre part à cette aventure qui se déroulerait sur une semaine dans la grande métropole québécoise.

Le chef d’orchestre de cette semaine s’adonnait à être La Factry, une école de créativité et d’innovation révolutionnaire dans le milieu de l’éducation. La semaine s’est entamée par nulle autre qu’une visite en primeur du site de la conférence C2. Comme on avait été prévenus, le site de C2 lui-même est singulier et original. Des décors excentriques, aux animateurs de foules, aux jeux de lumières et projections colorés, le site était quelque chose hors du commun. Pour avoir assisté à plusieurs conférences d’affaires, celle-ci n’avait rien en commun avec les autres. On aurait pu se laisser aller à contempler les installations pendant les trois jours qu’allaient durer la conférence, mais heureusement, La Factry avait organisé des activités pour nous préparer aux moments forts qui s’annonçaient.

 

C’est durant ces activités que j’ai rencontré les autres membres de l’escouade mais aussi à ce moment que j’ai réalisé l’ampleur de ce dans quoi je m’étais embarquée. Tous les participants avaient vécu des expériences différentes, ils avaient des projets plus impressionnants les uns que les autres et pourtant, une chose nous rassemblait : notre désir d’améliorer  les choses et de défier le statut quo. Au cours de la semaine, La Factry nous a appris à penser plus loin, voir plus grand, s’imaginer plus, en faisant usage de la question puissance qui se trouve dans ces petits mots : Et si…? Une phase qui décrit très bien l’approche qu’ils ont empruntée dans leurs ateliers serait la suivante : “We don’t think outside the box ;  we think like there is no box”. Les réflexions et discussions que j’ai eu la chance de partager avec des gens aussi allumés m’ont appris beaucoup et m’ont permis de prendre confiance en mes capacités d’amener et de partager quelque chose à C2, sans prétention, plutôt que de me contenter d’en tirer des enseignements sans redonner moi-même.

Le jour « J » arriva, et c’est en voyant les quelques milliers de personnes en action que j’ai constaté l’effervescence qui déborde de C2. La tenue des conférences en même temps que les masterclass, les labs et les braindates ont fait en sorte que les options étaient quasi illimitées pour les participants. La combinaison des différents ateliers a enrichi mon expérience au maximum puisque j’étais toujours dans le feu de l’action à quelque part. Ce qui m’a d’abord frappé à C2 était la diversité des conférenciers et des milieux dont ils étaient issus. Ce n’est pas à tous les jours qu’on nous offre l’opportunité d’entendre Steeve Wozniak, Randi Zuckerberg ou bien Muhammad Yanus et ce, dans un environnement à couper le souffle.

“We should have a social stock market that mesures who is doing better in social initiatives. In the current market, we don’t look at your generosity, we look at your money. ” – Muhammad Yanus

Par ailleurs, dans le cadre de mes « braindates » j’ai eu la chance de rencontrer des professeurs, des dirigeants d’entreprises, des consultants, des entrepreneurs et bien plus. J’ai trouvé fascinant la rencontre et le mélange de ces industries et je pense d’ailleurs que c’est de là qu’est issue la véritable innovation.

C’est essouflée mais, les yeux pleins d’étoiles, que je suis ressortie de cette expérience marquante. J’aurai besoin d’encore quelques semaines pour digérer tout ce que j’ai appris lors de C2 mais n’ayez crainte, j’ai bien l’intention de mettre à l’œuvre mes apprentissages. Cela prendra peut être la forme d’une entreprise, d’un organisme à but non lucratif, ou what if… ?? Une chose est certaine, La Factry, l’ACEE, C2 et Meet The Future m’ont appris que the sky isn’t the limit, there is no limit.

Michelle Lemelin

Tags: , , ,




Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Haut de page ↑

e25146b8735fae5ff33bbf36f31bdc19^